LE MOT DU MAIRE

Décembre 2016/Janvier 2017

Mesdames, Messieurs, Chères, chers administré(e)s,

Le temps des fêtes de fin d’année est revenu (déjà !) et avec lui, malgré une situation difficile tant sur le plan national qu’international, une certaine douceur de vivre.

En matière de terrorisme, en 2015 avec les tueries de janvier et novembre, nous pensions avoir touché le fond. C’était, hélas, sans compter sur la barbarie sans limite de ceux qui ont fait allégeance au monstre planétaire ETAT ISLAMIQUE et qui s’est traduite par l’horreur du massacre perpétré à Nice, le 14 juillet dernier ainsi que le lâche assassinat dont fût victime le prêtre de Saint-Etienne-du-Rouvray à 82 ans.

Comment en 2016, des hommes censés être doués de raison, peuvent-ils commettre de telles atrocités au nom d’une religion ?

Jusqu’où l’endoctrinement et le fanatisme peuvent-ils emmener l’être humain et qu’avons-nous fait ou laisser faire pour en arriver à une telle situation ?

Une lueur d’espoir toutefois se fait jour. Sur le terrain, les armées coalisées semblent sur le point de terrasser la bête immonde. Mais une fois qu’elle sera vaincue, il faudra rester vigilant car les fanatiques qui la composent n’auront pas tous disparu comme par enchantement. Il va falloir continuer à vivre encore longtemps avec cette menace.

Projetons-nous maintenant dans le futur proche.

Au cours du premier semestre de l’année prochaine, nous allons élire notre futur et nous le savons maintenant, nouveau Président de la République ainsi que nos députés.

Quelque soit le résultat de ces élections, je souhaite, j’espère, que ceux qui auront alors la lourde charge de présider aux destinées de notre pays, prennent enfin conscience du gouffre , que, par leurs décisions, leurs gouvernances successives et alternées, ils ne cessent de creuser, entre eux les élites et le peuple qu’ils prétendent (au sens propre du terme) représenter.

Nous sommes, là aussi, en ETAT D’URGENCE…

R. Avinens

Les commentaires sont fermés, mais les trackbacks et pingbacks sont toujours ouverts.